CNRS : Cuisiner Nuit Rarement à la Santé

13 octobre 2013

Swedish tea cake

Pour 4 à 6 cobayes :

  • 110 g de beurre mou
  • 40 g de sucre glace
  • 175 g de farine
  • 50 g de noisettes torréfiées réduites en poudre
  • 1 c à c d'extrait de vanille
  • 1 c à c de cannelle en poudre
  • 3 ou 4 c à s d'eau (si la pâte est trop sèche)
  • sucre glace pour la déco

DSCF3906DSCF3907DSCF3908DSCF3909


Préparation :

Préparer la pâte à l'aide d'un robot. Mélanger le beurre mou, le sucre glace, le sel, la vanille et la cannelle jusqu'à ce que l'ensemble blanchisse. Ajouter la farine et les noisettes. Former une boule et finir de la pétrir doucement avec les mains jusqu'à ce qu'elle soit lisse (30 secondes). Si la pâte est trop sèche il faudra ajouter un peu d'eau.
Diviser la pâte en 30 morceaux que vous façonnerez en boules de la taille d'une noix. Les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et faire cuire pendant 10 minutes à 160°C. Pour rester fondants, les biscuits doivent à peine dorer.

Les sortir du four et les laisser refroidir et durcir 2 ou 3 minutes avant de les rouler une première fois dans du sucre glace. Dès qu'ils ont complètement refroidi, les rouler de nouveau dans du sucre glace... cette fois la couche de sucre est vraiment parfaite.

Brevet déposé chez : Cakes in the city.


Retrouvez cette recette sur Recettes de cuisine : biscuits, goûter, cannelle, sucre glace, Suède, noisettes, vanille.

Posté par noinnounette à 08:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


12 octobre 2013

Cookies au chocolat blanc et noix du Brésil

Ingrédients pour 4 cobayes :

DSCF3780

  • 1 oeuf
  • 125g de sure roux
  • 125g de beurre
  • 200g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 125g de chocolat blanc
  • 50g de noix du Brésil

Préparation :

Concassez le chocolat blanc et les noix du Brésil en grosses pépites.

Mélangez tous les ingrédients.

Déposez des cuillères de pâtes espacées sur la plaque du four. Faites cuire 12 minutes à 190°C.

Brevet déposé chez : Envie de ... Chocolat, éditions Parragon.


Retrouez cette recette sur Recettes de cuisine : goûter, biscuits, cookies, chocolat blanc, noix du Brésil, sucre roux, Etats-Unis.

08 octobre 2013

Biscuits aux noix

Ingrédients :

DSCF3770- 250 g de farine

- 125 g de beurre demi-sel mou

- 100 g de cassonade

- 1 oeuf

- 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude

- 200 g de cerneaux de noix

Préparation :

Hachez grossièrement les noix.

Dans un saladier, mélangez la farine, le bicarbonate de soude et la cassonade. Creusez un puits et cassez-y l'œuf. Ajoutez le beurre mou. Travaillez jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse et homogène. Incorporez les noix.

Formez une boule avec la pâte et enveloppez-la de film alimentaire. Laissez reposer pendant au moins 30 min au frais.

Préchauffez le four à 200°C. Farinez légèrement le plan de travail et étalez la pâte à l'aide d'un rouleau à pâtisserie sur une épaisseur de 0,5 cm. Découpez les biscuits avec  un emporte-pièce.

Disposez les biscuits sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en les espaçant de 2 cm environ. Enfournez pour 15 à 20 min, ils doivent être légèrement dorés sur les bords (même si le milieu est encore mou à la sortie du four, ils durciront en refroidissant).

DSCF3769DSCF3771

Source : Aud'à la cuisine


concours rentréelogo farida

 

Retrouvez cette recette sur Recettes de cuisine : biscuits, goûter, noix, beurre demi-sel, sucre roux.

Posté par noinnounette à 06:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 octobre 2013

L'heure du thé : sablés en forme de théières et tasses

DSCF3750DSCF3752

Ingrédients :

  • 160g de farine
  • 3 jaunes d'oeufs + 2 blancs
  • 50g de sucre
  • 100g de beurre
  • 500g de sucre glace
  • lait
  • colorants

 

DSCF3751

Préparation :

Mélangez la farine avec les jaunes d'oeufs, le sucre et le beurre mou. Pétrissez jusqu'à obtenir une boule pâte homogène. Au besoin, ajoutez un peu de lait. Laissez reposer 30 minutes au frais.

Etalez la pâte et découpez-y des biscuits en forme de théières et de tasses.

Faites cuire 15 minutes à 180°C. Laissez bien refroidir.

Mélangez les blancs d'oeufs avec le sucre glace. Répartissez le glaçage dans plusieurs bols pour le colorer. Appliquez sur les biscuis. Laissez sécher au moins 2h avant de servir.

DSCF3753

Brevet déposé chez : Atelier biscuits, édition Larousse.


Retrouvez cette recette sur Recettes de cuisine : biscuits, goûter, sablés, accompagnement thé, glaçage, colorant alimentaire, accompagnement café.

04 octobre 2013

Citrouille, courge et potiron : c'est l'automne !

L'AUTOMNE d'Arcimboldo (1573)

File:Giuseppe Arcimboldo - Autumn, 1573.jpg 

 


En plat :

Crumble d'automne au potimarron

Ingrédients pour 4 à 6 personnes :

DSCF5148DSCF5151

- 1 potimarron

- 1 oignon

- 2 cs d'huile d'olive

- ½ cc à café de curry

- 1 cs de gomasio (mélange de sel et sésame, en épicerie bio)

Pour le crumble :

- 50 g de farine T110

- 30 g de farine de châtaigne

- 30 ml de purée d'amande

- 30 ml d'huile d'olive

- 60 g de parmesan

- 50 g de graines de courge

Préparation :

Préchauffez le four à 180°C.

Épluchez le potimarron et coupez-le en petits cubes. Émincez l'oignon. Mettez le tout dans un plat allant au four. Saupoudrez avec le curry, le gomasio et arrosez avec 1 cs d'huile d’olive et ½ verre d’eau. Faites cuire pendant 45 min à 180 °C en remuant de temps en temps.

Préparez le crumble : Dans un saladier, mélangez les farines, les graines de courge grossièrement hachées et le parmesan. Ajoutez la purée d'amande, l'huile d'olive et mélangez du bout des doigts jusqu'à obtenir un mélange sableux.

Quand le potimarron est tendre, écrasez-le grossièrement avec 1 cs d'huile d'olive. Recouvrez avec la pâte à crumble. Enfournez pour 20 min. Servez bien chaud accompagné d’une salade.

Brevet déposé chez : Aud'à la cuisine.


Pour le dessert :

 

Muffins à la citrouille

DSCF5144DSCF5147

Ingrédients pour 4à 6 cobayes :

  • 275g de farine
  • 8g de levure chimique
  • cannelle
  • muscade
  • 130g de sucre roux
  • 190 ml de lait
  • 125 ml de purée de citrouille
  • 55g de beurre fondu
  • 100g de raisins secs ou de dattes

 

DSCF5145DSCF5146

 

 Préparation :

Rien de plus simple ! Mélangez tous les ingrédients. Coupez les dattes en morceaux si vous avez choisi ces fruits.

Répartissez dans des moules.

Faites cuire 20 minutes à 200°C. 


Pour le goûter :

Citrouilles d'Halloween

Ingrédients pour 4 cobayes :

  • 3 jaunes d'oeufs + 2 blancs
  • 150g de farine
  • 100g de beurre
  • 50g de sucre
  • 500g de sucre glace
  • colorans alimentaires (il vous faut de quoi faire du vert, de l'orange et du noir)
  • sucre coloré orange
  • zeste râpé d'une orange

DSCF5138DSCF5140

DSCF5142DSCF5143

Préparation :

Mélangez les jaunes d'oeufs avec la farine, le beurre mou, le sucre et le zeste d'orange. Pétrissez jusqu'à obtenir une boule de pâte souple et homogène. Au besoin, ajoutez un peu de lait ou de jus d'orange. Laissez reposer 30 minutes au frais.

Etalez la pâte sur 2-3 mm. Découpez-y des ronds de 9 cm de diamètre. Faites cuire 15 minutes à 180 °C. Laissez refroidir.

Mélangez les blancs d'oeufs avec le sucre glace.

Colorez les 3/4 du glaçage en orange. Partagez le quart restant en 2. Colorez la première partie en noir et la deuxième en vert.

Avec le glaçage orange, dessinez une citrouille sur les sablés. Saupoudrez de sucre orange. Laissez sécher au moins 15 min.

Avec le glaçage vert, dessinez la queue de la citrouille. Avec le restant de glaçage orange, dessinez des lignes courbes sur les citrouilles. Laissez de nouveau sécher 15 minutes.

Pour terminer, dessinez des yeux et une bouche effrayants sur chaque citrouille avec le glaçage noir. Laissez bien sécher avant de servir.

Source : L'atelier biscuits, édition Larousse.


Retrouvez ces recettes sur Recettes de cuisine : citrouille, Halloween, orange, zeste, goûter, biscuits, sablés, colorants alimentaires, sucre glace, automne, muffins, gâteau, dessert, cannelle, muscade, épices, Angleterre, raisins secs, dattes, crumble, parmesan, graines de courge, purée d'amande, oignon, curry, gomasio, farine de châtaigne, potimarron.

 


16 septembre 2013

Mignonne allons voir si la rose...

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

                                 Pierre de Ronsard

Chagall, Femme et rose

Posté par noinnounette à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 septembre 2013

Biscuits d'amour de Beltane

DSCF4897DSCF4900

Ingrédients pour 4 cobayes :
- 225 gr de beurre
- 125 gr de sucre en poudre
- 3 gouttes d'essence de rose
- 350 gr de farine
- 75 gr de sucre glace
- Des fleurs de bourrache confites ou boutons de rose (moi je les ai décorés directement avec des fleurs)

Préparation:
- Faites fondre le beurre et laissez-le refroidir jusqu'à ce qu'il reprenne consistance. Battez-le avec une cuillère en bois pour le faire blanchir.
- Ajoutez le sucre en poudre et battez encore 15 minutes, ajoutez la farine et 3 gouttes d'essence de rose pour former une pâte à laquelle vous donnerez la forme d'un coeur par exemple ou les lettres du prénom de votre bien aimé(e)...
- Faites cuire à 150° pendant 1/2 heure. Les biscuits devant rester blancs, sortez-les du four juste avant qu'ils commencent à dorer. Une fois qu'ils ont refroidi, placez sur chacun une fleur de bourrache confite et saupoudrez de sucre glace.

DSCF4898DSCF4899


Avec cette recette, je participe au défi BRUNCH

Retrouvez cette recette sur Recettes de cuisine : biscuits, goûter, brunch, sablés, saint-Valentin, rose.

Posté par noinnounette à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 septembre 2013

Biscuits à la farine de riz

Ingrédients pour 4 cobayes :

DSCF3725

  • 130 gr de sucre
  • 1 gros oeuf
  • 125 gr de beurre fondu
  • 1 cs d’eau de rose
  • 300 gr de farine de riz
  • 4 gr de levure chimique

Préparation :

Battre l’oeuf avec le sucre.

Ajouter le beurre et l’eau de rose.

Mettre la farine mélangée à la levure.

Filmer et mettre au frais pendant toute une nuit.

Le lendemain laisser reposer la pâte à température ambiante une trentaine de minutes.

Découper la pâte à l’aide d’un emporte pièce.

Cuire four chaud 180° une dizaine de minutes.

DSCF3721DSCF3722

Brevet déposé chez : A table chez Natt


Avec cette recette, je participe au défi BRUNCH

Retrouvez cette recette sur Recettes de cuisine : biscuits, goûter, brunch, rose, farine de riz.

Posté par noinnounette à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 septembre 2013

Histoire de la moutarde

Les origines

Comme celle de beaucoup d'aliments, d'épices ou de condiments, l'origine et les différents usages de la moutarde se perd dans la nuit des temps.

L'origine géographique de la moutarde reste imprécise. Certains chercheurs situent ses origines en Afghanistan entre 5500 et 2300 av. JC. Pour d'autres, elle est de l'est de l'Inde et la Chine. La moutarde brune est maintenant cultivée et utilisée sur les cinq continents dans les régions à climat subtropical tempéré. Mille ans après les Sumériens (3000 ans av. JC) à qui on doit les premières traces de moutarde, cette espèce est cultivée par de nombreuses civilisations. Les Égyptiens prétendaient en avoir décelé les vertus depuis la plus haute antiquité.

La moutarde est connue, dans l'ancien testament, sous le nom de sénevé. L'apôtre Matthieu, nous en parle dans la parabole du grain de sénevé. Les Grecs attribuaient sa découverte à Esculape.

Elle fut introduite en Gaule par les Romains il y a environ 4000 ans. Les Romains en étaient grands amateurs et l'Empire tout entier en fit un accompagnement habituel de sa nourriture. Pline l’Ancien étudia ses différentes espèces dans son universelle et fameuse Histoire naturelle. La moutarde s’adapta facilement à notre terroir: vigne, mère du vin et grand-mère du vinaigre et la moutarde firent bon ménage. Les graines de moutarde poussaient naturellement en abondance. Puis, plus tard le bon roi Charlemagne recommanda de cultiver cette épice dans tous ses états généraux ainsi que les jardins bordant les monastères en banlieue de Paris. La culture de la moutarde gagne progressivement l'Allemagne puis l'Angleterre. En Europe du nord, une croyance voulait que l'on répande quelques graines de moutarde autour de sa maison pour y chasser les mauvais esprits ... Elle apparaît en Espagne avec l'arrivée des légions romaines, puis en Inde véhiculée par Vasco de Gama.

L'origine du mot « MOUTARDE »

Dans les manuscrits de l’époque de l’empire romain, apparaissent les mots Mustum, Mustardum, Mustarum afin de remplacer le mot SINAPIS (du nom de la plante).

Pourquoi ? Parce que le vin nouveau, Mustum, venait de se substituer partout au vinaigre ACETUM, seul utilisé chez les Romains, pour délayer la moutarde.

MUSTUM ARDENS, ce mot est l'une des versions de l'étymologie du mot Moutarde. Il en existe d'autres, dont l'une est amusante: celle des Bigarrures du facétieux bourguignon Tabourot des Accords. Il raconte que le roi Charles VI, en remerciement des bons et loyaux services de ses fidèles Dijonnais, venus à son secours, leur donna des armes et un cri qui serait devenu la devise de la ville de Dijon et inscrit sur un étendard de la manière suivante : " MOULT ME TARDE ".

Les Français, ignorant le mot "ME", ne lurent que MOUTARDE et pensèrent avoir affaire à la troupe des moutardiers de Dijon.

Bien que cette explication soit un peu fantaisiste, elle prouve que la ville de Dijon était fort célèbre au XVIe siècle pour sa moutarde.

Popularisation

L'âge d'or des épices fut la renaissance, la moutarde fait alors partie de tous les banquets, Rabelais en fait d'ailleurs grand cas !

Au fil des siècles, elle devient de plus en plus synonyme de raffinement et de plaisir, c'est ainsi qu'apparaissent les moutardes fines et aromatiques.

Au début du XIXe, les fabricants se livrent à une course sans limite pour rivaliser d'imagination en élaborant plein de nouvelles recettes, grandement encouragés par de grands gastronomes tels que Grimod de la Reynière, Carème, Brillat-Savarin ou bien Monselet. Puis les techniques de fabrication évoluent avec la révolution industrielle. La technique artisanale progressivement disparaît pour faire place à la mécanisation.

En 1390, sa fabrication fût réglementée et quiconque s'amusait à élaborer une mauvaise moutarde était aussitôt sujet à de lourdes amendes. Dans les grandes villes, des marchands ambulants, appelés " crieurs ", faisaient du porte à porte pour vendre cette moutarde sous l'appellation " saulces et épices d'enfer ".

De nombreux usages

L'utilisation de la moutarde ne date pas d'aujourd'hui. Bien d'autres civilisations nous ont précédé et ont compris l'intérêt de cette espèce. Elle était utilisée pour améliorer la saveur des mets en Chine (dynastie Chou, 1122-247 av JC). Elle fut et l'est toujours utilisée en Inde (depuis 2300 av. JC) pour l'extraction de l'huile.

Les nombreuses vertus attribuées à la moutarde ont permis de l'exploiter sous différentes formes. Elle est utilisée, depuis des siècles dans de nombreuses contrées, comme une plante médicinale aux vertus digestives et antiseptiques, mais également contre le rhume, les rhumatismes et autres éruptions cutanées, notamment sous forme de cataplasmes. Ce traitement des grands-mères est utilisé depuis des lustres pour atténuer les troubles respiratoires, les douleurs de sciatique et comme décongestionnant des bronches. A l'époque romaine, on soignait les morsures de serpents ou de scorpions en appliquant sur la blessure un cataplasme fait de mélange de graines de moutarde pilées dans du vinaigre. Par ses propriétés digestives, la moutarde aurait permis aux amateurs de repas pantagruéliques de dévorer d'énormes quantités de viande.

La moutarde fut également utilisée à d'autres fins. Dans certaines régions d'Afrique, on fumait les feuilles et les fleurs séchées "pour communiquer avec les ancêtres". Ce type de pratiques n'est pas réservé à l'Afrique. Pas loin de chez nous, à la fin du 19e siècle, les apothicaires Danois préparaient des coctions à base de gingembre, de menthe et de graines de moutarde pour traiter "les femmes froides et paresseuses qui deviennent, après quelques cuillérées, des épouses idéales". Avis aux amateurs (trices) et aux aventuriers (rières).

La moutarde dans la littérature, l'histoire et la vie

La littérature et les traditions orales font de fréquentes allusions à la moutarde. Rabelais en parle longuement dans Gargantua, de même qu’Alexandre Dumas dans son dictionnaire de cuisine. Grimod de la Reynière, gastronome incontestable, appelait la moutarde " la pierre à aiguiser de l’appétit " Shakespeare l’utilise dans ses drames, ainsi que Walter Scott dans ses romans.

Enfin, la moutarde a inspiré un nombre incalculable de proverbes.

  • La moutarde lui monte au nez, se dit d'une personne qui s'impatiente.
  • S'amuser à la moutarde, c'est s'occuper de riens, de bagatelles.
  • De la moutarde après dîner signifie une chose qui arrive trop tard, quand on n'en a plus besoin.
  • Henry V, roi d'Angleterre, affirmait qu' « une guerre sans feu ne vaut pas plus qu'une andouille sans moutarde.»
  • Et terminons par quatre aphorismes tirés de la Mustardographie (un petit ouvrage sérieux et humoristique de Mathieu Varille, propriétaire d'olivettes à Lourmarin de Provence et Marius Audin, naturaliste et vinaigrier, publié à Lyon en 1935)
  • Une salade sans moutarde est une jolie femme sans esprit.
  • La vinaigrette tire son ardeur de la moutarde, comme le poète de sa lyre.
  • La moutarde est à l'estomac ce que la cravache est au cheval de course : il faut que le gastronome en use comme le cavalier, avec mesure et discernement.
  • La moutarde est comme les affaires : on en brasse beaucoup, mais on en fait peu de bonnes.

Sources :

Posté par noinnounette à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2013

Boulettes de boeuf sauce aigre-douce

Ingrédients pour 4 cobayes :

DSCF3912Pour les boulettes :

 - 130 ml de lait

 - 600 g de boeuf haché

 - 200 ml de chapelure

 - 1 oeuf

 - 200 ml d'oignon haché

 - 2 gousses d'ail écrasées

 - 1 c. à soupe de moutarde

 - 1 ½ c. à café de sel

DSCF3913

 

Pour la sauce aigre-douce :

 - 2 c. à café de maïzena

 - 300 ml de cassonade

 - 150 ml de vinaigre

 - 150 ml d’eau

 - 1 c. à soupe de moutarde

 - 200 ml de ketchup

 

Préparation :

 Préchauffer le four à 180°C.

 Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients des boulettes. Façonnez les boulettes à l'aide de vos mains et disposez les dans un plat allant au four.

 Dans un bol, délayez la maïzena avec l'eau, ajoutez le reste des ingrédients de la sauce et mélangez. Versez la sauce dans une casserole et faire épaissir, tout en remuant, pendant une dizaine de minutes à feu doux.

 Versez la sauce sur les boulettes et faites cuire le tout à découvert 40 minutes.

DSCF3914DSCF3915

 

Brevet déposé chez : http://audalacuisine.canalblog.com/archives/2010/08/09/18764310.html


Retrouvez cette recette sur Recettes de cuisine : viande, plat, steack haché, boeuf, sauce aigre douce, moutarde, oignon, ail, sucre roux, chapelure, ketchup.


Derniers messages
Albums photos